Y-Nove

Battements d’est : un documentaire sur celles et ceux qui agitent la culture d’Europe du Sud-Est

Battements d’est consiste à donner la parole à celles et ceux qui agitent la culture d’Europe du Sud-Est.

Le Projet Boost « Battements d’Est », voyage et documentaire à la découverte de la culture des Payse d’Europe du Sud-Est est une initiative de road-trip, rencontre culturelle et réalisation documentaire. Le projet consiste à donner la parole à celles et ceux qui agitent la culture d’Europe du Sud-Est à travers un grand voyage.

Une initiative de Kenza RAUTUREAU, Julia VENDAL et Nolwenn SKOLL – La Compagnie Lucioles

culture Europe sud-est documentaire voyage compagnie lucioles

Ces trois musiciennes se sont lancées dans une grande aventure… Elles ont embarqué à bord de trains puis de bus pour un voyage de deux mois en itinérance entre le Kosovo et la Moldavie. Accordéon sur le dos, flûte traversière en bandoulière et caméra au poing. Elles sont ainsi allées à la rencontre de ceux qui font la musique et la culture de ces pays à l’identité complexe. A la découverte des battements de la culture de pays d’Europe du Sud-Est.

Objectifs du projet

Il s’agit de réaliser un documentaire artistique sur celles et ceux qui agitent la culture dans les pays d’Europe du Sud-Est. L’idée est aussi d’effectuer des actions de solidarité internationale en proposant des ateliers artistiques en partenariat avec des artistes locaux dans des orphelinats moldaves. Par ce voyage, étudier aussi les impacts du coronavirus sur la culture dans les pays traversés. Diffuser le documentaire à notre retour pour valoriser les cultures d’Europe du Sud-Est et lutter contre les stéréotypes et exclusions. Compléter les projections par des débats, des ateliers artistiques ou d’éducation à l’image.

Kenza, Julia et Nolwenn

Un film documentaire artistique
Nous sommes Nolwenn, Kenza, et Julia, la vingtaine et musiciennes. Cette année, nous embarquerons à bord de trains et de bus pour un voyage de deux mois en itinérance en Europe du Sud-Est, entre le Kosovo et la Moldavie. Accordéon sur le dos, flûte traversière en bandoulière et caméra au poing, nous irons à la rencontre de celles et ceux qui font bouger la musique et la culture dans des pays à l’identité complexe.


Des rendez-vous multiples


Nous avons d’ores et déjà pris des rendez-vous avec : Borislav, le jeune joueur de gadulka, le violon bulgare traditionnel et Vladimir, le chef d’orchestre de l’ensemble folklorique de Plovdiv ; Diar, l’étudiant kosovar qui a choisi de poursuivre ses études de musicologie en France ; Olga et son fonds caritatif pour promouvoir ensemble l’accès à culture auprès des orphelins en Moldavie par le biais d’ateliers artistiques ; Mirjeta et l’association Gaia Kosovo qui prône l’artivisme et l’éducation culturelle pour tous. L’accordéon de Kenza et la flûte de Nolwenn seront une invitation à échanger, improviser et surtout à se connaître un peu mieux.

Des expériences à partager
Riches de ces expériences, nous tenterons ensemble de répondre aux questions suivantes : face à la fuite des jeunes à l’étranger, qui sont les artistes qui restent dans leur pays natal ? Comment se positionnent-ils/elles face à leur héritage culturel ? Qui sont celles et ceux qui refusent de se résigner au miroir funeste que leur tend les médias occidentaux ? Ont-ils/elles la même vision que nous de l’art et de ce qu’il peut apporter à chacun ou à une communauté ?

La crise sanitaire assumée à l’écran
Il nous paraît cependant impossible de détourner le regard : la question de la crise du covid-19 sera partie intégrante de ce film. Elle sera alors abordée sous un angle positif inspiré du “journalisme de solutions” : Quels nouveaux processus de création, quelles nouvelles thématiques, quels nouveaux formats de diffusion cette crise fait-elle émerger ? Qu’est ce que cette crise révèle de la place et de l’ancrage de la question culturelle dans les différentes sociétés que nous traverserons ?

Précédent projet de la Compagnie Lucioles

Qu’attendez-vous de ce projet ? 

Nous espérons mettre à mal les stéréotypes que les Occidentaux peuvent avoir sur les pays d’Europe du Sud-Est et ainsi donner à voir un autre visage de ces habitants et de ces cultures.


Quels sont les partenaires associés ?

Partenaires européens acquis :

Centre de Coopération dans les Balkans (Macédoine du Nord) ; Olga Levitcaia et le fonds caritatif Open Gates (Moldavie) ; Diar Zasella (Kosovo) ; Association Gaia (Kosovo) ; Borislav Galabov et Vladimir Vladimirov (Bulgarie) ; Reactor (Roumanie)

Partenaires français acquis :

Plateforme wweeddoo – Grenoble ; L’AFEV – Grenoble ; Manganèse Records, studio d’enregistrement – Grenoble ; Le Rouge-Gorge, bar associatif – Parthenay (Deux-Sèvres) ; Jean-François Jourdan et son cabinet de kinésithérapeute, mécène – Quinson (Alpes- de-Haute-Provence) ; Centre Départemental d’Information Jeunesse de La Rochelle (Charente-Maritime).

En cours :

CAF de l’Isère ; Espace de vie sociale – Grenoble ; Cap Berriat – Grenoble ; Association Y-nove – Grenoble ; Fondation UGA – Saint-Martin-d’Hères ; Sciences Po Grenoble – Saint-Martin-d’Hères ; Pépinière d’Eve – Saint-Martin-d’Hères ; Association AP2i – La Rochelle (Charente-Maritime) ; Région Nouvelle-Aquitaine, dispositif Projets Initiatives Jeunesse